Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 14:20

http://www.entrecongolais.com/guy-romain-kinfoussia-pourrait-etre-arrete

Congo-B : Guy Romain Kinfoussia aux arrêts?

Accusé de fauteur de « troubles sociaux » dans un article paru sur un blog, l’ancien candidat à l’élection présidentielle de 2009 et opposant congolais Guy Romain Kinfoussia, réfute en bloc ce qu’il qualifie de manœuvre « cousue de fil blanc ». Décryptage.

Les téléspectateurs de Télécongo pourraient, prochainement, assister à une énième mise en scène, pitoyable et pathétique, du procureur Oko Ngakala, ordonnant l’arrestation d’un opposant congolais, et pas des moindres. Guy Romain Kinfoussia, en effet, est dans le viseur des suppôts du pouvoir de Brazzaville. Le sujet de cette tragédie à venir est que, dans un article paru sur un blog, l’ancien saint-cyrien y est accusé d’inciter ses amis de l’opposition et les Congolais à des troubles sociaux, afin de pousser Denis Sassou Nguesso vers la sortie. Ce faisant, il manipulerait, entre autres, Charles Zacharie Bowao et Jean-Maris Mokoko, comme si ces derniers n’étaient que des enfants naïfs. Et qu’au Général Jean-Marie Michel Mokoko surtout, Guy Romain Kinfoussia dirait de tenir bon, de ne pas céder à la pression du pouvoir. Pire, il aurait même suggéré à Clément Mouamba de démissionner. Extrait : «…Le dimanche 15 mai dernier aux environs de 20 heures, M. Kinfoussia, bénéficiant du concours de son frère Joseph Badila, a eu une entrevue avec le Premier ministre, Clément Mouamba, à qui il a préconisé de démissionner de son poste. (…) Le premier ministre, lucide, a su garder sa tête sur les épaules, et est resté fidèle à ses engagements pris devant le Président de la République. Il n’a pas mordu à l’appât de Guy Romain Kinfoussia, qui a cherché ainsi à faire jouer la fibre tribale pour le manipuler. M. Kinfoussia mène les mêmes approches auprès de Jean-Marie Michel Mokoko, Guy Parfait Kolélas, André Okombi Salissa, Charles Zacharie Bowao et bien d’autres dirigeants de l’opposition congolaise, qu’il incite à durcir leurs positions. »

Joint au téléphone, Guy Romain Kinfoussia réfute en bloc ces accusations. Pour lui, il s’agit ni plus ni moins d’une manœuvre « cousue de fil blanc »… « On connaît Mrs Sassou : il intimide, il invente, il simule… contradiction des contradictions, il nous axyphysie, nous encercle et fait suivre, en même temps il nous envoie des émissaires pour négocier », ajoute-t-il. Dans sa quête de légitimité, Sassou s’emploie à accuser à tout-va les membres de l’opposition de fauteurs de troubles, ou plutôt de préparer un coup d’Etat. Aussi se donne-il les raisons sinon de les envoyer en prison, du moins de les obliger à accepter son coup de force électoral. « Sassou ne sait plus quoi faire, il est perdu ! En quoi Kinfoussia serait-il immoral en demandant à ses amis de l’opposition et aux populations de réclamer leur victoire ? », se demande un ami de Guy Romain Kinfoussia.

La fin peut justifier les moyens

Certes « aucun d’entre nous ne détient le monopole de la pureté d’intention », dixit Saint-Exupéry dans sa Lettre à un Otage parues en 1941. Et de poursuivre : « Je respecte celui qui parcourt une autre route, s’il peine vers la même étoile… » Une mise au point qui résonne comme un garde-fou contre l’utilisation du « combat juste » en faveur de toutes les aventures totalitaires.

Non, la violence, sur le plan moral, n’a pas de sens. Cependant elle pourrait être une réponse à une violence. Voire même une urgence. Sassou lui-même ne bombarde-t-il pas les populations du Pool ? N’arrête-t-il pas les proches des opposants congolais ? Quand bien même Guy Romain Kinfoussia eût eu l’intention d’inciter les populations à des troubles sociaux, cela n’eût pas été immoral, ou plutôt condamnable. Bien au contraire, son acte eût été performatif – une contradiction performative. Dans cet Everest de l’intimidation et de la magouille électorale qu’est devenu le Congo, une fin peut justifier n’importe moyen, pourvu qu’il libère le Congo du système mafieux mis en place par Sassou et ses affidés. Le comique de situation et de mots dans lequel est pris son pouvoir, confine au ridicule. Comment Sassou peut-il dénier aux autres ce qu’il fait lui-même ?

L’article sur Guy Romain Kinfoussia participe du chant de cygne. La fin de Sassou n’est qu’une question de temps et il tente par tous les moyens de gagner du temps.

Bedel Baouna

Partager cet article

Repost 0
Published by Bedel Baouna
commenter cet article

commentaires